L’obésité touche près d’une algérienne sur trois

C’est ce qu’a révélé une récente étude, menée par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

Interrogé en marge de la 12ème Journée de diabétologie de l’EHU d’Oran, le président de la Société algérienne de médecine interne (SAMI), le Pr Amar Tebaïbia a indiqué que cette étude porte sur le diabète, le surpoids et l’obésité, et l’échantillon étudié a concerné 15 wilayas algériennes.

Sur les 7.000 patients étudiés, l’obésité touche 30% des femmes, contre 14,5% des hommes. Cependant, le surpoids touche 52% de la population.

Pour le Pr Tebaïbia  « Ces chiffres sont alarmants », en ajoutant que « ce taux énorme d’obésité laisse supposer que les données sur la prévalence du diabète vont augmenter ».

Selon la même source, en  2018, les statistiques ont indiqué que 14,4% de la population était atteinte de diabète, alors qu’en 2003, ce taux ne dépassait guère les 7%.

Les facteurs sont selon le spécialiste multiples, à commencer par la sédentarité et le manque d’activité physique, ensuite l’adoption d’une alimentation riche en sucre, et enfin le tabagisme. Pour y remédier, des programmes de sensibilisation pour lutter contre la malnutrition, le tabagisme et la sédentarité devraient constituer la première démarche à suivre par les autorités algériennes afin de baisser ces chiffres alarmants et repousser l’âge d’atteinte par le diabète, dont les complications peuvent être lourdes voire fatales.