L’Algérie en passe de devenir une route prisée par les cartels de drogue

L’Algérie, un pays qui n’était pas perçu jusque-là comme un acteur stratégique du commerce de la cocaïne, est en train de servir de zone de transit pour les réseaux de trafiquants de drogue. 

Pour rappel, une tentative d’introduction de 701 kilogrammes de cocaïne avait été déjouée en juin 2018 au port d’Oran. Selon un communiqué du ministère de la Défense nationale, les stupéfiants avaient été chargés à bord du navire commercial « Vega-Mercury » en provenance du Brésil. Ils ont été trouvés dans un conteneur transportant de la viande congelée commandée par l’affairiste Kamel Chikhi dit le « Boucher ».

Cette affaire avait provoqué un véritable séisme politique dans le pays, où de hauts gradés de la DGSN et de la Gendarmerie nationale avaient été limogés.

Par ailleurs, pas moins de 300 Kg de cocaïne ont été découverts, fin janvier, près du port de Skikda. Cette drogue jetée en mer par des inconnus, a été retrouvée par une patrouille routinière des gardes côtes qui avait signalé la présence de la marchandise à l’ANP.

Ces saisies importantes ne signifient pas pour autant que la marchandise ait été destinée à la consommation locale, sachant que le prix du gramme de cocaïne, selon le quotidien français Le Monde, se vend entre 145 et 290 euros. La drogue, aurait été donc en transit en Algérie, prévue probablement pour les marchés européens et ceux du Moyen-Orient.