Inquiétante affluence des éléments de l’opposition de l’armée syrienne vers l’Algérie

Selon Hacene Kassimi, directeur chargé de l’immigration au ministère de l’Intérieur, l’Algérie est visée par un grand complot régional, où des terroristes syriens infiltrés clandestinement en Algérie sont aidés à traverser le Mali et le Niger, munis de passeports soudanais.

Le responsable du ministère de l’Intérieur, cité par le quotidien arabophone El-Massa, confirme l’information au sujet de l’arrestation de dizaines de miliciens syriens dans la région de Tamanrasset, il y a quelques semaines. Il précise que nombre de ces anciens soldats de l’armée syrienne entretenaient des relations avec des officiers supérieurs de l’Armée syrienne libre, une milice créée dans le but de renverser le gouvernement syrien en place.

Par ailleurs, le chargé de l’immigration assure que l’armée algérienne très présente au niveau des frontières sud, est prête à mettre en échec toute tentative d’infiltration.

Selon ce responsable, le choix de l’axe Soudan-Algérie s’explique par la fermeture de l’unique accès qu’ils avaient pour gagner l’Europe.

Dans un communiqué rendu public mardi, la LADDH (Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme) affirme qu’une cinquantaine de migrants, à majorité Syriens retenus à Tamanrasset, ont été expulsés vers le Niger fin décembre 2018. Elle demande aux autorités compétentes une intervention urgente dans le but de secourir les personnes se trouvant à la frontière algéro-nigérienne, car selon elle les ressortissants syriens entrés en Algérie il y a trois mois depuis le Mali s’étaient rapprochés des services de sécurité pour demander leur protection.