Pénurie de produits de soins : Le président du Syndicat des pharmaciens explique les raisons

La pénurie et le manque de certains médicaments inquiète les malades et leurs familles. Les raisons sont multiples, et le président du Syndicat national des pharmaciens d’officines, M. Messaoud Belambri, pointe du doigt la cellule de veille du médicament, qui est selon lui « censée être un organe d’urgence », tout en considérant qu’elle « n’a pas travaillé de la manière qu’il fallait ».

Invité par la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, M. Belambri met en cause également l’Agence nationale du médicament, en se demandant si elle dispose de suffisamment de moyens « pour fonctionner de manière efficace ». En outre, le responsable évoque la signature tardive des programmes d’importation des produits de soins et qui a repoussé les délais de réception de ces derniers.

Cette crise affecte selon M. Belambri, pas moins de 80 produits importés et 70 autres fabriqués localement tels que les antibiotiques, les anti-inflammatoires, et les vitamines injectables, dont la production a été soit insuffisante soit abandonnée par les entreprises. Par ailleurs, le responsable s’interroge au sujet des importateurs et s’ils « ont honoré les programmes d’importation en quantité et en qualité pour lesquels ils se sont engagés ».

La solution à cette crise, réside, selon le président du Syndicat dans la révision des outils nécessaires au suivi de cette filière.