Boehringer Ingelheim fabriquera deux médicaments contre le diabète et l’hypertension

Selon l’agence officielle, un accord de partenariat pour la fabrication locale de médicaments vient d’être signé entre la firme pharmaceutique allemande Boehringer Ingelheim et l’entreprise algéro-turque Abdi Ibrahim Remède Pharma (AIRP).

Ce projet sera réalisé avec un coût de 20 millions d’euros, lesquels engloberont, selon le représentant de la société pharmaceutique AIRP, Mohamed Lamine Bousteila, les équipements, le transfert de technologie ainsi que la formation.

Les deux partenaires ont indiqué lors de la cérémonie de signature, que cet accord consistera à fabriquer le médicament “Micardi.Plus” pour traiter l’hypertension artérielle et le médicament “Jardians” contre le diabète de type 2.

Concernant la production de ces deux médicaments, elle sera assurée au sein de l’unité de production de l’entreprise algéro-turque Abdi Ibrahim Remède Pharma, située dans la nouvelle ville de Sidi Abdallah à Zéralda. Selon M. Bousteila, « les capacités de production de l’unité seront de 51 millions de boîtes par an », en ajoutant que le premier objectif de cette production est « de répondre à la demande locale, ensuite en cas de surproduction nous penserons dans l’avenir à exporter vers les marchés extérieurs ». 

Le choix du partenaire local s’est porté sur la société pharmaceutique Abdi Ibrahim, pour la modernité de ses équipements ainsi que pour son efficacité, a indiqué M. Bousteila, lequel a souligné que l’entreprise algéro-turque a été certifiée GMP (bonnes pratiques de fabrication) en 2017 et BPL (bonnes pratiques de laboratoire) en 2018.

Le directeur général de Boehringer Ingelheim Algérie, Bachir Batel a indiqué que le médicament “Micardi.Plus” ne sera fabriqué qu’après l’achèvement du transfert de technologie qui s’opèrera d’ici avril 2021, quant au médicament “Jardians”, il ne sera disponible sur le marché qu’au deuxième trimestre 2023.

Les médecins spécialistes ayant pris part à cette cérémonie de signature, ont salué cet accord de partenariat. Pour eux, vu la qualité thérapeutique de ces deux médicaments qui seront fabriqués localement, le risque de développer des maladies cardiaques ou des accidents cardio-vasculaires seront réduits.