La LADDH condamne fortement la répression et l’arrestation d’étudiants à Alger

Le mardi, 09 avril, la police a réprimé la manifestation pacifique des étudiants, en faisant usage de gaz lacrymogène, de canons à eau et pour la première fois de canons à son assourdissants. Des manifestants ont même été arrêtés, dont certains ont été relâchés tard dans la soirée.

Suite à cela, la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (Laddh) a fortement condamné cette répression, dans un communiqué, où on pouvait lire : « La répression de nos étudiants, de nos enfants comme hier de nos chômeurs, de nos harragas, de nos médecins résidents pour avoir exercé pacifiquement leurs droits constitutionnels et naturels est une insulte à l’intelligence de l’ensemble du peuple algérien sorti par millions dans les rues pour dire non à la répression des libertés non à la hogra et non au système autoritaire ».

Par ailleurs, la Laddh, exige la libération de tous les étudiants arrêtés, tout en affirmant que l’État doit commencer par le respect de l’exercice de toutes les libertés. Aussi, la ligue appelle à la vigilance et à la mobilisation populaire afin d’imposer une deuxième république basée sur le respect des droits fondamentaux du peuple algérien.