La peste animale décime 2000 ovins

La peste des petits ruminants a décimé quelque 2000 têtes de bétail ovin dans plusieurs wilayas du pays, notamment à Djelfa, région à vocation pastorale par excellence.

Outre la fermeture des marchés à bestiaux, le contrôle sur le mouvement de tous les ovins à l’intérieur et à l’extérieur du pays a été intensifié, à la demande du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche. Malheureusement, ces mesures n’ont pas suffi à prévenir la propagation de cette maladie épizootique.

En dépit des assurances données par les autorités qui disent maîtriser la situation, les éleveurs très inquiets au sujet de cette maladie épizootique, sont en attente du vaccin en quantités suffisantes pour leur cheptel.

En déplacement jeudi dernier dans la wilaya de Djelfa, le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a assuré qu’il « sera mis à la disposition des éleveurs au cours de ce mois un vaccin spécial pour les maladies épizootiques ayant touché dernièrement cette richesse animale », tout en indiquant qu’une quantité de ce vaccin a été fournie à d’autres wilayas touchées par ce virus, en plus de la prise d’autres mesures, en vue de venir à bout de cette pathologie à haut risque.

Le responsable a assuré que l’Etat suit avec intérêt l’état d’avancement de cette maladie, et a déclaré à ce propos : « Nous avons rencontré dernièrement les services agricoles et les inspections vétérinaires à travers les wilayas, ainsi que la Fédération nationale des éleveurs et l’Association nationale des éleveurs, et nous suivons avec intérêt la situation dans toutes les wilayas, notamment les wilayas steppiques qui disposent de millions de têtes d’ovin, à l’instar de Djelfa, El Bayadh, Saida et Naâma ».

Evoquant l’indemnisation, le ministre a assuré que l’Etat soutiendra les éleveurs, en indiquant  que dans de pareils désastres, il sera question d’indemnisation qui variera selon l’âge du bétail, et après constat des services vétérinaires. Le responsable a ajouté que le complexe des viandes rouges à Hassi Bahbah se dit prêt à acquérir auprès des éleveurs les têtes d’ovin dont les viandes sont saines à la consommation.