Bientôt la commercialisation de l’électricité solaire ?

Le groupe industriel énergétique algérien Sonelgaz entamera la commercialisation de l’électricité solaire générée par les panneaux photovoltaïques à travers des entreprises privées, et ce à partir du deuxième semestre 2019.

Cette commercialisation répondra aux exigences d’un cahier des charges qui sera alors proposé aux acteurs de ce domaine très prometteur, sachant qu’ils injecteront leur production d’énergie solaire dans le réseau de la société nationale de l’électricité et du gaz.

Les deux parties seront liées par un contrat sur une période de 22 ans, sachant que les producteurs jouiront d’une période d’amortissement pouvant aller jusqu’à 5 ans, ce qui leur confèrera 17 ans de bénéfices.

Pour rappel, Sonelgaz dispose déjà d’une filiale pour la production d’électricité à partir de l’énergie solaire avec laquelle elle atteint un taux d’intégration appréciable. Cependant, les textes officiels l’obligent à contracter des partenariats avec des investisseurs privés dans le secteur photovoltaïque.

Les entreprises pressenties pour cette opération, sont entre autres, le Groupe industriel Condor qui produit ses propres panneaux.

Le Sud algérien est un gisement particulièrement riche pour l’exploitation de l’énergie solaire. Des expériences concluantes ont été réalisées dans la localité d’El-Meghaïer, près de Tolga, à Biskra.

Des formations qualifiantes dans le domaine de l’énergie solaire et du photovoltaïque sont dispensées par des écoles spécialisées, dont nous citerons la Royal School.

Les pouvoirs publics algériens déterminés à développer les énormes potentialités nationales en matière d’énergies renouvelables, contribuant grandement au renforcement des capacités de production d’électricité, ont mis en place un programme national des énergies renouvelables prévoyant une intégration progressive du  solaire avec ses deux branches thermique et photovoltaïque, dans la production d’électricité sur les 20 prochaines années.

L’Algérie prévoit, dans cette perspective, la production de 22.000 mégawatts d’électricité pour les deux prochaines décennies, soit 40% de la production globale d’électricité, dont elle envisage d’exporter près de la moitié.