Poursuivi pour « complot » Khaled Nezzar risque la peine de mort

Suite au mandat d’arrêt international lancé, ce mardi 6 août, par le tribunal militaire de Blida, l’ancien ministre de la Défense Khaled Nezzar (1990-1993), son fils Lotfi, dirigeant d’une société d’informatique, ainsi que Farid Benhamdine, président de la Société algérienne de pharmacie, risquent jusqu’à la peine de mort.

Les trois hommes sont accusés de « complot contre l’Etat » et d’« atteinte à l’ordre public ». Leurs noms sont apparus, selon la télévision publique algérienne (EPTV), lors de l’instruction visant Saïd Bouteflika, frère du président déchu. Cette charge est passible, en vertu du Code pénal et du Code de la justice militaire de la peine de mort.