Deux sœurs d’origine algérienne jugées pour financement de DAECH

Deux sœurs algériennes âgées de 36 et 31 ans, et résidentes à Roubaix en France, comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir financé l’état islamique en Syrie (DAECH), selon le journal français le Figaro.

La France leur reproche d’avoir envoyé la somme de 15.000 euros en Syrie et d’avoir retiré le double de ce montant des comptes bancaires de leurs autres sœurs et mère qui percevaient des allocations familiales alors qu’elles étaient parties.

Selon la même source, les deux jeunes femmes auraient subi, au même temps que tous les membres de leur famille, l’influence d’un frère au «caractère violent et extrémiste», sachant que leurs six sœurs avec époux et enfants ainsi que leurs deux parents, sont partis rejoindre les rangs de DAECH en Syrie en 2014, aux côtés de ce fils unique.

Même si les deux sœurs ont assuré ne pas partager l’idéologie de l’EI, selon l’une d’elles, l’argent envoyé servait « Pour les frais médicaux, afin de les sortir de cet engrenage dans lequel ils sont rentrés ».

La mère des deux jeunes femmes serait morte alors que leur père et leur frère seraient détenus dans une prison kurde. Plusieurs de leurs beaux-frères sont morts dans les combats, alors que leurs sœurs et leurs enfants erreraient dans le désert, fuyant selon l’une des deux sœurs, les troupes de Bachar Al-Assad et l’EI.