Après avoir purgé sa peine, Hadj Ghermoul libéré

Le militant de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH), également membre du Comité national de défense des droits des chômeurs (CNDDC), Hadj Ghermoul a été libéré, ce samedi, selon le quotidien El Watan.

Âgé de 37 ans et originaire de la localité de Tizi (Mascara), Hadj Ghermoul avait été arrêté fin janvier dernier pour avoir brandi une pancarte rejetant le cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

Il avait été condamné à six mois de prison ferme assortie à une amende de 300 000 DA, pour les chefs d’inculpation d’« atteinte à corps constitué » et « délit d’ivresse publique ».

Ce verdict était tombé tel un couperet sur la famille et les proches du détenu d’opinion. Début mars, la juge de la Cour de Mascara avait confirmé la peine de prison tout en revoyant le montant de l’amende à la baisse (200 000 DA).

Sa mise sous mandat de dépôt par le tribunal de Mascara a suscité une forte mobilisation des militants des droits de l’Homme et autres citoyens qui réclamaient sa libération.